Helluvah photo promo 4. 2018jpg.jpg

Helluvah est le projet de Camille W. qui a grandi au son de la Britpop des 90’s, et formé son premier groupe, Fog, en 1999, à Nice. Revenue à Paris, elle a enregistré une première démo, Lost in progress, fin 2005, avant de s’atteler à son premier album aux accents folks et electro, Emotion pills, fin 2006, produit par BobX. L’album sortira en 2008 chez Blog Up Musique / Pias, suivi en 2011 par As we move silently (Le Label Etrange / COD&S) beaucoup plus rock, également produit par BobX, et enfin de Long Distance Runners, brûlot post-punk adouci par des mélodies imparables, sorti en 2015 chez Dead Bees Records. Après une tournée aux USA, un ep, Echo Valley, avec un premier titre en français (La Fête), est sorti en 2018 (Dead Bees Records).

Le nouvel album, Lonely Riots aborde le thème de la rupture amoureuse, celle qui fait voler en éclats, sauter dans le vide, qui donne envie de tout brûler, le désespoir, la rage, les excès…. mais que l’on vit seul.e, à l’intérieur de soi. Comme des émeutes, mais solitaires. D’un point de vue musical : BobX, qui réalise ses albums depuis le début, et qui joue avec Helluvah sur scène, a suggéré de reprendre en concert une chanson de The Cure (A Forest). Ça lui a donné envie de jouer des titres sombres, avec des tempos rapides, de mettre des guitares tant furieuses (Different Now, Destroy, Everywhere You Go..) que plus cristallines (Whisper).

En parallèle, après avoir écrit un titre en français sur le disque précédent (La Fête), sorti un autre titre en français à l’hiver 2019 (La Côte d’Azur), Helluvah avait envie de continuer à explorer cet aspect-là, d’où Soleil noir et Mon cœur est parti à la guerre. Mais pour le français, Helluvah est plus attirée par une forme plus pop, plus électronique, ce n’est pas du rock à proprement parler, même si on y retrouve des guitares.
Cette envie de rock et de formes plus pop converge avec des titres qui mêlent un peu les deux, comme Sex in the club, i know I know, Hysterical.
Helluvah a joué dans une douzaine de pays (USA, Canada, Allemagne, Belgique, Lituanie….), au Festival Les Femmes S’en Mêlent, et fait les 1ères parties de Shaka Ponk, Ayo, Asa, Moriarty, Ann Pierlé, etc….
Sa musique a trouvé un écho chez Libération, France Culture, Télérama Sortir, les Inrocks, Tsugi, Radio Nova, Radio Néo, les radios Ferarock, Longueur D’Ondes, Têtu, Magic…